Femme, Vie, Liberté – Une révolution iranienne

Septembre 2022, Téhéran : l'assassinat de Mahsa Amini par la police des mœurs déclenche un soulèvement inédit. Le mouvement "Femme, vie, liberté" se propage partout en Iran : les femmes descendent dans la rue et retirent leur voile, symbole d’un régime religieux honni. Dans leur sillage, le reste de la population se révolte contre quatre décennies d'oppression. Dévoilant sa fragilité, la République Islamique déploie une violence inouïe. Malgré la répression qui s'abat sur le pays, la résistance persiste.

genreGéopolitiqueÉcritureMohamad Hosseini et Claire BillletRéalisationClaire BilletProduit parOlivier Mille, Aida Rostami, Victoire BuffProductionARTLINE FILMS et ARTE France en coproduction avec Mehdi Karami FilmsParticipationRTS et RTBFAnnée2023Durée52'

Septembre 2022, Téhéran : l’arrestation et le meurtre de Mahsa Amini pour « port du voile non conforme à la loi » déclenche une insurrection sans précédent. En quelques heures, un mouvement spontané se forme autour du cri de ralliement : “Femme, vie, liberté”, et se propage partout en Iran. Pour la première fois, ce sont des femmes qui en sont à l’initiative : elles descendent en masse dans la rue et retirent ou brûlent leur voile, symbole honni de la République Islamique. À mesure que les hommes jeunes et les étudiant.e.s rejoignent la cause, la population iranienne, toutes catégories confondues, se soulève également : C’est un tournant historique après 40 ans d’oppression et de désastre économique.

Les réseaux sociaux s’enflamment. La diaspora iranienne s’active aussi jour et nuit, laissant de côté ses divergences pour afficher un front uni. Le monde entier découvre, sidéré, la puissance de cette mobilisation, dont l’ampleur suscite des interrogations : se pourrait-il que, cette fois-ci, la révolution parvienne à renverser le régime ? Initialement dépassé par la portée de la révolte, le Guide suprême réplique par une répression féroce, enfermant des dizaines de milliers de citoyens dans ses geôles. Une chappe de violence extrême s’abat sur le pays, causant des centaines de morts. Pourtant, la peur semble avoir changé de camp. Même les exécutions publiques ne suffisent plus à entamer la détermination du peuple iranien. Au fil des mois la contestation perdure, ses modes opératoires se transformant au gré des arrestations et des risques encourus. Mais la question demeure : quel sera l’élément décisif pour mettre fin à la dictature ?

Les témoignages des militants iraniens en exil laissent entrevoir un point de bascule. Mais parvenir à rendre compte de la situation sur place était, en soi, un défi. Le pays a fermé ses portes et parler à un média étranger, c’est désormais s’exposer à la peine de mort. Des personnes ont tout de même pris le risque d’être filmées pour nous raconter la révolution de l’intérieur. Leur identité a été protégée. Nous avons également fait le choix de diffuser les seules images existantes de ce soulèvement : des vidéos – à la brutalité parfois horrifique – filmées par les manifestants eux-mêmes, afin de rendre visible les exactions commises par le gouvernement, comme les victoires déjà conquises par la population.

La presse en parle


À voir aussi

Rien trouvé.